Présentation

Les Amis de la Musique Andalouse de Montréal est un regroupement de personnes qui demeurent à Montréal et qui ont en commun la passion de la musique andalouse. Les membres de l’orchestre veulent cultiver cette passion pour la musique et la partager avec les autres. Mais comment et d’où est venue l’idée de faire revivre à Montréal une musique qui date déjà de plus de quatre siècles et qui est née en Espagne, du coté de l’Andalousie?

Biographie

Pour le savoir, il faut remonter à un Monsieur qui s’appelle Salim Bouzidi et qui a de la suite dans les idées puisque, grâce à sa détermination, à sa connaissance et à son savoir musical classique, traditionnel et moderne ainsi qu’à son charisme a pu constituer une formation musicale à partir de 2008.

C’est ainsi que Salim Bouzidi qui a immigrà d’Algàrie avec ses parents en 1999 et a repris le flambeau en réunissant un petit noyau d’inconditionnels de la musique andalouse au courant de l’annàe 2008. Il faut dire que cette idée germait déjà chez lui et son ami violoniste Nazim Bouzid depuis l’année 2004. Le but n’était pas seulement de créer un orchestre de musique andalouse mais également de regrouper des choristes et musiciens andalous et participer bénévolement à la formation et au perfectionnement de ceux et celles qui le souhaitaient. L’objectif était en quelque sorte de créer une école de musique andalouse à Montréal et cela à long terme. Lire plus

Salim qui a fréquenté durant son adolescence, pas si lointaine, une Maison de jeunes à Alger, s’était initié à la musique andalouse, qu’il a appris et pratiqué avec des professeurs de musique dans le but d’accompagner des groupes et des artistes connus et reconnus. Il semble que c’est à cette époque que Salim a eu la piqure de la musique andalouse et qui ne l’a jamais quitté. Salim qui est pianiste de formation a pratiquà plusieurs genres musicaux, mais s’est vite rendu compte que c’était la musique andalouse qui l’habitait et que c’était là sa vocation et sa passion. Depuis, Salim et Nazim, tout en pratiquant différents genres musicaux à travers des concerts et soirées musicales n’ont cessà de penser comment réaliser ce projet qui leur tenait tant à coeur.

Nous sommes en 2008, et avec l’aide d’un ami musicien, Henry Abittan lui aussi amoureux et pratiquant la musique andalouse marocaine et algérienne, ils ont pu obtenir un local à Ville Saint-Laurent pour la pratique, l’apprentissage et le perfectionnement de la musique andalouse. Ainsi grâce à la détermination de ses amis Nazim Bouzid, Sid Ali Chabi, Kamel Beranen, Abdellah Ben Daoud, Nacer Abbad, Amina Nechadi, Khalil Dahmane, Nadia Merah, Henry Abittan et d’autres encore, le 23 novembre 2008, une trentaine de personnes participent à la premiàre répétition et les premières notes de musique de oud (luth), piano, guitare, mandole, violon, tar (tambourin), derbouka et piano ainsi que les voix des choristes hommes et femmes, remplissent les oreilles et les coeurs d es pionniers de la musique andalouse à Montràal. Ce jour-là, est née la formation qui allait s’appeler un peu plus tard Les Amis de Musique Andalouse de Montréal.

Aujourd’hui, 25 personnes constituent le noyau dur du groupe AMAM et grâce à l’organisme communautaire La Maisonnée, située dans la Petite Patrie, à deux pas du métro Jean Talon, tout ce monde peut se rencontrer toutes les fins de semaines pour pratiquer, répéter, perfectionner, développer et monter un véritable orchestre de musique andalouse à Montréal.

Musique andalouse et AMAM

La musique andalouse est un héritage de plusieurs genres musicaux de plusieurs origines : la musique chrétienne pratiquée en Espagne et au Portugal avant la Conquista, la musique afro berbère d’Afrique du Nord et bien sur la tradition musicale arabe de Bagdad transmise au neuvième siècle, à Cordoue et Grenade en Espagne, Ainsi c’est un certain Monsieur Ziryab, brillant musicien qui jeta ainsi les bases de la musique andalouse en composant des milliers de chants ou « Nouba ». Ces formes poétiques qui chantent l’amour, la joie, la femme, le bonheur, la vie et la félicité seront aussi la source de certains genres musicaux en Espagne, tels que le flamenco ou les chants troubadours. Ce qui est à la fois caractéristique et original dans la musique andalouse c’est qu’elle est une musique non écrite, qui se transmet oralement mais qui repose néanmoins sur des règles très strictes. Lire plus

La musique arabo-andalouse qui s’est développée en Espagne s’est propagée par la suite grâce aux échanges culturels importants entre l’Andalousie et le Maghreb. Trois grandes écoles s’étaient développées en Espagne : Grenade, Séville et Cordoue. De même son implantation au Maghreb s’est réalisée également avec l’arrivée des Morisques et des Juifs Sépharades expulsés d’Andalousie en 1492 lors de la Reconquista.

Elle est encore aujourd’hui pratiquée au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Libye. Elle est définie par certains comme un genre musical profane, classique et savant du Maghreb par opposition à la musique arabe classique pratiquée au Moyen-Orient et en Égypte.

C’est ainsi qu’aujourd’hui Les Amis de Musique Andalouse de Montréal ont pour ambition de partager avec la communauté montréalaise et nord américaine un genre musical nouveau et participer ainsi à la diversité culturelle qui constitue une des richesses de cette belle ville qu’est Montréal.

 

Rédigé par Abdeslam Daouzli.